Standard&Poor’s : Lancement de l’ECO peu probable à moyen terme

[vc_row][vc_column width= »2/3″][vc_column_text]
S&P a publié le 17 février un rapport consacré à la substitution de l’eco au franc CFA au sein de l’UMOA. Première conclusion : la parité maintenue avec l’euro et la garantie illimitée de convertibilité par la France maintiendront la confiance dans la nouvelle monnaie. Cette garantie a permis de contenir l’inflation de 2000 à 2019 à 2 % en moyenne dans la zone UEMOA, alors qu’elle atteignait près de 10 % dans la CEDEAO et quelque 16 % en Afrique subsaharienne. Dans cette Union, « les termes de l’échange se sont renforcés, les déficits budgétaires se sont réduits tout comme celui du compte courant et la croissance du produit intérieur brut (PIB) s’est fortement accélérée, notamment en Côte d’Ivoire et au Sénégal qui comptent pour plus de la moitié du PIB de l’union monétaire ». La fin du dépôt de la moitié des réserves de change des États membres de l’Union auprès du Trésor français n’inquiète pas S&P, car le taux de change fixe est maintenu. « C’est pourquoi nous estimons que cette réforme ne devrait pas avoir d’effet immédiat sur nos notations souveraines »
Deuxième conclusion : la réalisation du projet d’étendre l’eco aux quinze membres de la Cedeao semble lointaine. « Des obstacles matériels subsistent, ce qui nous amène à considérer ce projet comme peu probable à moyen terme ». D’abord à cause du poids du Nigeria, car ce pays pèse les
deux tiers du PIB de la CEDEAO et trois fois plus que celui de l’UEMOA. Mais aussi à cause de ses politiques protectionnistes. Enfin, l’adoption d’un régime de change flexible souhaité par la Cedeao soulèverait « des risques importants en termes de choc monétaire pour les économies de l’Uemoa,
notamment pour celles qui ont accru leur recours aux emprunts en devises au cours des dernières années ». Conclusion : quel que soit le régime de change que choisiront les membres de l’UEMOA, qu’il s’agisse du maintien de l’arrimage à l’euro, ou d’opter pour un régime de change flottant, la
discipline budgétaire et une politique économique forte seront d’autant plus importantes pour la stabilité économique de l’union monétaire.[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_wp_posts number= »10″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_btn title= »En savoir plus » color= »success » link= »url:https%3A%2F%2Fwww.jeuneafrique.com%2F897892%2Feconomie%2Fmonnaie-commune-de-la-cedeao-un-projet-peu-probable-a-moyen-terme-selon-standardpoors%2F%3Futm_source%3Dnewsletter-ja-actu-abonnes%26utm_medium%3Demail%26utm_campaign%3Dnewsletter-ja-actu-abonnes-19-02-20|title:En%20savoir%20plus|target:%20_blank|rel:nofollow »][/vc_column][/vc_row]